Quelques petites choses au sujet de Dieu

par Patrick Călinescu
traduit d’anglais en français par Zac Egs
 
click here for the English version

 

L’argument de Stephen Hawking contre Dieu est étonnamment similaire à l’argument traditionnel et cosmologique en faveur de l’existence de Dieu.
 

Deux groupes s’affrontent. Mais les deux groupes s’appuient sur le concept de causalité quand il s’agit de la question de Dieu. Les deux groupes comprennent le concept de causalité presque de la même façon. Fondamentalement, les deux côtés disent qu’il doit y avoir une cause « non causée » au moyen de laquelle la série infinie des causes efficientes serait inévitablement terminée.
 

Ceux qui sont en faveur de l’argument cosmologique disent que cette cause « non-causée », à laquelle cette régression causale s’arrête vraiment, ne peut qu’être Dieu. Ainsi, Dieu est l’ultime « obturateur de cause » dans l’Univers.
 

Ceux qui sont en faveur d’un univers sans Dieu (ce qui, d’ailleurs, est bizarrement similaire à un mécanisme d’horloge qui n’aurait pas besoin de remontoir) disent que cette cause noncausée, à laquelle s’arrête la causalité elle-même, ne peut être que cet infâme Big-Bang, ce qui, bien sûr, a provoqué la création de l’Univers. Ainsi, ce Big-Bang est, d’après eux, l’ultime « bloqueur » de cause dans l’Univers.
 

Fondamentalement, comme nous l’avons vu, les deux côtés entendent par fin de causalité l’avènement du monde. C’est seulement au stade où le recours à la causalité n’est plus fonctionnel (pragmatiquement fonctionnel, dirais-je) que le monde devient vraiment fonctionnel.
 

Ainsi l’aristotélicien qui se meut immobile, ou cette cause non-causée, a été, plus tard, transformé en Big-Bang, qui, tous deux, ont amorcé l’avènement du monde et ont mis un terme à la causalité.
 

La différence entre ces deux groupes ne réside donc pas dans la compréhension de la causalité, mais dans la technique qu’ils utilisent pour appliquer la compréhension de la causalité à Dieu.
 

Ceux qui sont en faveur de l’argument cosmologique affirment que c’est Dieu qui met un terme à la régression infinie de la causalité afin que Dieu puisse amorcer le progrès fini du monde, mais nulle part dans ces lignes n’apparaît l’idée qu’un temps devrait exister avant les actions de Dieu. Les actions de Dieu semblent synchrones, et il n’y a pas d’indice de l’existence d’un temps avant le moment où Dieu décidât qu’il était grand temps de mettre un terme à la causalité et d’amorcer la création du monde. Ainsi, que faisait-il avant tout cela ? Existait-il seulement ? Même aujourd’hui, aucun ne le sait vraiment.
 

C’est toutefois expliqué de manière assez satisfaisante par ceux qui se rangent sous la théorie du Big-Bang. D’après eux, cette explosion primaire est le moment exact pendant lequel le temps lui-même naquit. Ainsi Dieu n’aurait pas pu existé avant l’invention cosmique du temps à moins qu’il puisse exister en dehors du temps. Par conséquent, il n’aurait pas pu inventé le monde car le temps n’existait pas avant le Big-Bang. Dieu n’aurait donc pas pu créer le monde. Et si le temps n’existait pas avant le Big-Bang dans lequel il aurait pu achevé ses actions, il n’existait pas non plus de temps, avant le moment ou il aurait créé le monde, dans lequel il aurait pu faire autre chose. Donc il ne faisait rien avant de créer le monde puisqu’il n’existait pas. Et il n’aurait pas pu existé dans ce pré-pré-temps puisque le temps n’existait pas lui-même. Sauf si, bien sûr, Dieu peut exister en dehors du temps. Auquel cas, il n’est nul besoin de temps pour que Dieu existe. (Mais cela serait problématique, même du point de vue théologique : Comment le temps pourrait-il exister quand il n’est nul besoin de temps pour que le temps existe ?).
 

Ainsi le problème de l’antériorité temporelle a été résolu par l’élimination de l’antériorité temporelle depuis la naissance de l’univers. Paradoxalement, la naissance de l’univers est à la fois temporelle et atemporelle. Cette naissance de l’univers est temporelle car elle a causé l’existence du temps ; et atemporelle car l’univers est né en dehors du temps. Donc l’enchaînement logique doit être le suivant – la naissance de l’univers ; et ensuite arrive la naissance du temps. La naissance du temps est en quelque sorte tirée de la naissance de l’univers. Ainsi, la naissance de la postériorité temporelle est tirée de la naissance de l’univers qui est elle-même tirée de la naissance du temps. Par conséquent, la naissance de la causalité est tirée de la naissance de la postériorité temporelle qui est elle-même tirée de la naissance de l’univers qui est elle-même tirée de la naissance du temps.
 

Donc le géniteur du temps est Dieu. Puisqu’il n’y a pas de géniteur du temps, il n’y a pas de Dieu possible.

1 Comments

  1. Pingback: www.egophobia.ro Little Things On God

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.